Aller la navigation | Aller au contenu

DOSSIER

Hélène Marie-Montagnac et Marlène Dulaurans

Projet compétences informationnelles des étudiants en licence

Éditorial

1La réussite à l’université constitue un enjeu fondamental pour une société qui ambitionne d’accompagner chaque jeune vers l’autonomie et l’emploi. L’un des obstacles à cette réussite se manifeste notamment par le décrochage universitaire1. Celui-ci est notamment lié à la difficulté des primo-arrivants à acquérir les compétences propres au « métier d’étudiant » (Coulon, 1997) comme la capacité à faire face à l’infobésité, c’est-à-dire la profusion d’information, la multiplicité des sources ou encore la diversité des canaux actuels. Alors que le nombre d’inscrits à l’université ne cesse de croître et que le taux national de réussite en licence en trois ans stagne2, il est aujourd’hui plus que nécessaire de trouver des solutions pour encourager la réussite éducative et de mettre en place des dispositifs d’accompagnement repensés et adaptés pour une meilleure insertion professionnelle des jeunes. C’est précisément dans ce contexte que le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche a récemment souligné la nécessité de former les étudiants aux compétences informationnelles : « au-delà des simples aptitudes pratiques dans l’usage des technologies numériques, les étudiants doivent acquérir les connaissances et les compétences nécessaires pour utiliser de façon raisonnée les médias numériques, évoluer dans le monde numérique, créer et produire des savoirs au regard des exigences sociales, éthiques et légales, maîtriser leur identité et socialisation numériques. »3.

2Comme l’ont signifié plusieurs auteurs (Hébert, Lépine, 2012), nous partons du postulat que ces différentes compétences informationnelles sont interdisciplinaires et relèvent d’un socle commun de connaissances générales à appréhender à l’université, ce qui peut aussi bien concerner l’étudiant en sciences humaines et sociales que celui en sciences dures. Le point commun à ces différentes recherches réside dans le constat de la nécessité à mettre en place une médiation entre les individus et les ressources numériques (Galaup, 2012 ; Ihadjadene et al., 2015) afin de leur permettre d’acquérir et/ou améliorer tant leur démarche que leur maîtrise des outils de recherche, mais également de gestion, capitalisation des informations afin d’optimiser leurs travaux universitaires et par là-même mieux réussir à l’université. Un constat qui rejoint les travaux déjà anciens de la sociologie des usages (Jouet, 2000) soulignant qu’un outil ne peut se suffire à lui-même, et que différentes étapes sont nécessaires afin d’en construire une appropriation progressive.

Objectif du projet CIEL

3L’objectif général de ce projet est de mieux appréhender les processus à l’œuvre dans l’acquisition des compétences informationnelles des étudiants afin d’une part d’accompagner l’élaboration d’un artefact et d’analyser itérativement son déroulement en situation réelle, puis d’autre part résultant des analyses produites, de formuler un cadre de design potentiellement utilisable à d’autres contextes d’apprentissage similaires, nous nous appuyons sur une collaboration constante et étroite entre chercheurs et praticiens. Elle implique de :

  • identifier l’état actuel de ces connaissances et compétences chez les étudiants en licence de Sciences Humaines et Sociales

  • mieux appréhender les obstacles à leur acquisition ;

  • comprendre comment l’usage des nouvelles technologies numériques peut conforter les étudiants primo-arrivants à l’université dans l’acquisition de compétences autour de la littératie informationnelle, indispensables au cours de leurs études dans l’enseignement supérieur mais également formatrices tout au long de leur vie professionnelle

  • concevoir avec des praticiens du numérique un modèle expérimental de formation numérique de Serious game (élaboration des contenus, scénarisation des interactions, développement des séquences, implantation en contexte, gestion de la plateforme, conception des supports, etc.)

  • définir une passerelle intellectuelle « lycée-université »4 et ses moyens pour faciliter la transition des attentes pédagogiques du secondaire au supérieur en testant et évaluant auprès de trois lycées pilotes (lycée Pape Clément de Pessac, lycée Saint Jean de Limoges, lycée Léonce Vieljeux de La Rochelle) la manière dont les élèves en classe de première5 appréhendent les contenus scientifiques et optimisent leurs recherches.

  • tester et évaluer le modèle expérimental de formation numérique réajusté auprès des étudiants de Licence de l’université de Bordeaux Montaigne afin de vérifier comment ils gagnent en autonomie et évoluent vers une posture intellectuelle, cette « affiliation » que défend Alain Coulon, qui les encourage à devenir acteur de leur propre apprentissage

  • mettre le modèle expérimental numérique finalisé à disposition de la COMUE Aquitaine6 qui se chargera dans le cadre de son projet région « Bibliothèques et médiation numérique au service de la réussite étudiante » d’en assurer le développement, le déploiement, l’adaptation et l’évaluation au contexte des établissements partenaires

Méthodologie mise en œuvre

4Afin de prendre en compte la multiplicité des variables en cause dans les contextes d’apprentissage et d’enseignement, nous souhaitons pour le travail de recherche CIEL nous appuyer sur le paradigme méthodologique de recherche RDE (Recherche Design en Education). Initialement présentée comme du « design experiment » (Brown, 1992), cette approche vise à « transformer l’éducation en favorisant la pratique réflexive parmi les apprenants, enseignants et chercheurs » (Class, Schneider, 2012).

Schéma de la Recherche Design en Éducation

Image 100000000000029B0000020226170C85879ABEB9.jpg

5À la fois recherche-action et recherche expérimentale, la RDE s’appuie sur une épistémologie pragmatique. Elle présente donc plusieurs intérêts pour notre projet de recherche. En effet, elle permet de :

  • centrer avant tout la recherche sur l’utilisateur

  • traiter de la question théorique des compétences informationnelles des étudiants en contexte naturel

  • intégrer des connaissances et des expertises complémentaires aux TIC : sciences de l’éducation, sciences de l’information, sciences de la communication

  • impliquer les apprenants dans la conception du modèle expérimental numérique (artefact) de façon à ce qu’ils puissent influencer les différents cycles de son élaboration

  • proposer des solutions durables en élaborant des règles de design transférables à de futures recherches

  • multiplier les itérations entre la recherche académique et le terrain d’application pour réajuster l’innovation et s’assurer qu’elle réponde véritablement aux exigences des apprenants.

6Une conception participative qui permet d’identifier les facilitateurs et les freins avec clarté et cohérence :

  • d’intégrer les résistances individuelles et collectives et les comportements associés

  • de désigner les acteurs du changement et d’assigner leurs rôles

  • de fixer des objectifs clairs et fédérateurs pour l’équipe pédagogique et les étudiants

  • « une innovation qui nourrit la vision du développement pédagogique et qui permet aux acteurs de se sentir contribuer à une œuvre collective poussera le collectif vers son futur émergent » (Dumont, 2016)

7Sur un plan méthodologique, notre plan de recueil et analyse de données intègre plusieurs phases tant quantitatives que qualitatives :

  1. l’administration d’un questionnaire à l’ensemble des primo-arrivants des différentes universités partenaires et renouvelé au sein de l’Université Bordeaux Montaigne sur trois rentrées universitaires permettant d’appréhender leurs représentations de la culture informationnelle et d’évaluer si des écarts émergent sur leurs pratiques déclarées.

  2. Ces pratiques déclarées seront confrontées aux pratiques effectives des étudiants de l’Université de Bordeaux Montaigne via leurs résultats au module de formation à la documentation obligatoire pour tous les étudiants en licence de l’UBM, et via une observation de pratique de recherche d’information en temps réel à l’UBM et l’université de Poitiers.

  3. Les pratiques des étudiants seront également étudiées via l’analyse des métriques de gameplay

  4. Par ailleurs, la mise en place de focus-group permettra d’approfondir qualitativement nos résultats avec 5 ou 6 groupes d’étudiants représentatifs tant par leur maîtrise que leur méconnaissance des compétences informationnelles plusieurs dimensions propres à la mise en œuvre des compétences qu’ils mobilisent dans le cadre de leur recherche d’information.

  5. Enfin, une analyse statistique textuelle (au moyen du logiciel libre IRAMUTEQ) permettra d’identifier, par des entretiens individuels, les difficultés en matière de compétences informationnelles et de lever les freins tant entre chaque nouvelle génération que durant le parcours d’une même promotion de la première à la troisième année de Licence.

8Par ailleurs, le projet CIEL a été conçu concomitamment au projet pédagogique « Bibliothèques et médiation numérique au service de la réussite étudiante » proposé par le Service de Coopération Documentaire (SCOP) de l’Université de Bordeaux. Le SCOP cherche à garantir à tous les étudiants d’Aquitaine, quelles que soient leur origine et leur implantation géographique, l’égalité d’accès à la documentation, la maîtrise de la méthodologie documentaire, une approche progressive en lien avec leurs enseignements. Ainsi, ce travail de recherche a été conçu dans une étroite collaboration entre projet scientifique et projet pédagogique avec pour principal objectif d’ancrer notre recherche dans l’action et de mettre à profit les résultats obtenus par le serious-game Subpœna pour contribuer à lutter contre le décrochage universitaire en Aquitaine, renforcer la formation tout au long de la vie par l’acquisition de nouvelles compétences et encourager la réussite au diplôme via la création de dispositifs hybrides et numériques.

9Pour mener à bien ce projet, l’équipe s’est constituée autour d’enseignants-chercheurs en Sciences de l’Information et de la Communication et Sciences de l’éducation œuvrant dans différentes universités d’une part de la Nouvelle Aquitaine : l’UBM et l’UB, La Rochelle, Poitiers ainsi que de l’étranger avec l’UQAM, l’université de Madrid et Galatasaray.

10Ce dossier des Cahiers de la SFSIC est consacré au projet Compétences Informationnelles des Étudiants de Licence (CIEL) et, plus précisément, propose un recueil des travaux de recherche de son équipe, présentés lors de la première journée d’étude du projet (18 décembre 2018). Cette dernière s’est donnée pour objectif de mettre en commun les expertises, plurielles et complémentaires, des différents membres du projet. Le dossier dont il est ici question partage les réflexions issues de cette journée, afin de les prolonger et d’ouvrir le débat aux expertises scientifiques connexes, qui souhaiteraient s’y greffer. Aussi, le présent dossier accompagne le lecteur dans l’appréhension du projet CIEL et de ses multiples axes d’investigation. Il propose, pour ce faire, d’effectuer une mise en perspective de la notion de compétences informationnelles et de l’approche par compétences (Eloria Vigouroux-Zugasti et Hélène Marie-Montagnac), tandis que le professeur Gino Gramaccia précise les attendus d’une recherche scientifique s’intéressant aux enjeux de l’information dans le cadre universitaire. Les articles suivants déclinent les dimensions pédagogiques du projet, grâce à des articles visant à mieux définir la question de l’innovation à l’université aujourd’hui (Stéphanie Netto), à préciser les contours de cette question par le recours aux approches agiles (Marlène Dulaurans) ou encore à expliciter les enjeux liés à l’élaboration d’un jeu sérieux (serious game), par un dialogue entre pédagogie et conception de jeux (game design), avec un article proposé par Raphaël Marczak.

Bibliographie

BILLAUT, Ronald, BRUCKERT, Renaud, DOME, Philippe, DOOGHE, Emilie, DUPRET, Emmanuelle, FARVACQUE, Brigitte, FEYLER, François, GELLES, Jacinthe, LANERES, Jérôme, LEBLOND, Corinne, PAPY, Fabrice, POULLAIN, Bénédicte, OMMESLAEGHE, Sophie Van et VEREBES, Sylvie, 2012. Continuité documentaire « lycée-université » dans l’académie de Lille : un dispositif expérimental généralisable ? In : Documentaliste-Sciences de l’Information. 31 janvier 2012. vol. 48, n° 4, p. 62-69.

BROWN Ana, 1992, Design Experiments : Theoretical and Methodological Challenges in Creating Complex Interventions in Classroom Settings, The Journal of the Learning Sciences, p. 141-178.

CLASS, Barbara et SCHNEIDER, Daniel, 2012. Design, mise en œuvre et évaluation d’une formation hybride. Étude de cas dans le cadre de la formation des formateurs d’interprètes de conférence. In : Distances et médiations des savoirs. Distance and Mediation of Knowledge [en ligne]. vol. 1, n° 1. [Consulté le 1er novembre 2018]. Disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/dms/84.

COULON, Alain, 1997. Le métier d’étudiant : l’entrée dans la vie universitaire. Paris, France : Presses universitaires de France.

DUMONT Ariane, BERTHIAUME Denis, La pédagogie inversée : Enseigner autrement dans le supérieur par la classe inversée, De Boeck Superieur, 2016, p. 58.

GALAUP, Xavier, 2012. Développer la médiation documentaire numérique. Presses de l’Enssib.

HÉBERT, Manon et LÉPINE, Martin, 2012. Analyse et synthèse des principales définitions de la notion de littératie en francophonie - ABLF. In : Lettrure, ABLF Asbl. 2012. n° 2, p. 88-98.

IHADJADENE, Madjid, SAEMMER, Alexandra et BALTZ, Claude (éd.), 2015. Culture informationnelle : vers une propédeutique du numérique. Paris, Hermann.

JOUËT, Josiane, 2000. Retour critique sur la sociologie des usages. In : Réseaux. Communication – Technologie – Société. vol. 18, n° 100, p. 487-521.

Notes

1  Ainsi, si l’université de Poitiers est classée 8e en terme de taux de passage de L1 à L2, celles de Bordeaux Montaigne, Bordeaux et Limoges se placent respectivement aux 22e, 19e et 26e rangs (Note Flash de l’enseignement supérieur, n° 4, juillet 2015).

2  27,5 % pour la cohorte de 2016 (DEPP, Repères et références statistiques. Enseignement, formation, recherche, 2018, http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/RERS_2018/83/2/depp-2018-RERS-web_986832.pdf, consulté le 3/5/2019).

3  Circulaire du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche n° 140053 du 31/1/2014 à l’attention des établissements d’enseignement supérieur portant sur les compétences numériques.

4  L’expérience menée à Rennes (Billaut et al., 2012) constitue à ce titre une référence particulièrement intéressante.

5  Ces évaluations pourront prendre place au cours des 30 heures attribuées dans le cadre des Travaux Personnels Encadrés (T.P.E.) en classe de première.

6  COMmunauté des Universités et Établissements d’Aquitaine.

Pour citer ce document

Hélène Marie-Montagnac et Marlène Dulaurans, «Projet compétences informationnelles des étudiants en licence», Les Cahiers de la SFSIC [En ligne], Collection, Numéro 16, DOSSIER,mis à jour le : 26/04/2020,URL : http://cahiers.sfsic.org/sfsic/index.php?id=836.

Quelques mots à propos de : Hélène Marie-Montagnac

Université Bordeaux Montaigne, MICA (EA 4426). Courriel : helene.montagnac@u-bordeaux-montaigne.fr

Quelques mots à propos de : Marlène Dulaurans

Université Bordeaux Montaigne, MICA (EA 4426). Courriel : marlene.dulaurans@u-bordeaux-montaigne.fr